VOYAGER EN FAMILLE

VOYAGER EN FAMILLE

VOYAGER EN FAMILLE

Voiture 16, place 86

Une fois dans votre vie vous avez sûrement dû prendre le TGV pour effectuer un long trajet et vous retrouver dans une voiture famille, sans dessus dessous, aux senteurs d’œufs durs mêlées à celles de couches de nourrissons. Coincé dans le célèbre carré de quatre, place 86 côté fenêtre voiture 16 avec des enfants en bas âge tout autour de vous, criant et pleurant à tout va sous le regard dépité des parents au bord de la syncope. Lorsque cela m’arrivait je filais directement au bar, buvais deux bières, maudissais très souvent l’organisateur en charge de mes billets. J’enfonçais les écouteurs au plus profond de mes tympans et m’efforçais à dormir coûte que coûte en incriminant les parents d’être spectateurs du désespoir .

Ceci dit un jour, la tendance allait se renverser. Je basculerai du rang de “Bobo” voyageur à celui du parent exténué “aux yeux rouges” (voir mon premier article) en mode Branle-bas de combat. Ce jour où je regretta les noms d’oiseaux prononcés à l’égard des parents et de leurs enfants.

 

First time

Mon premier long trajet fut de 7 heures dont une correspondance avec un TER bondé à mourir. 7 heures soit l’équivalent d’un Paris/Montréal, traduit par : soit l’équivalent d’un Paris/Enfer pour nous les parents.  A l’époque l’aîné de mes trois petits mecs avait à peine 4 mois. Bizarrement lorsque que vous voyagez avec un nourrisson, vous avez en votre possession le triple de bagage qu’il n’est requis. Comprenant des choses très encombrantes, pour la plupart du temps qui ne servent à rien. Ce type de voyage requiert une parfaite condition physique et une concentration maximale de l’accompagnateur ou du/des parents, de la veille jusqu’à l’arrivée. Lorsque la sonnerie du TGV retentit, que les portes se ferment, que vous êtes déjà en sueur réfléchissant à la belle journée qui vous est dédiée sous le regard compassionnel des voyageurs dont on peut clairement lire leurs pensées “Roh ce qu’ils sont mignons avec leur petite crevette” traduit par : “J’espère qu’ils vont pas nous casser les couilles avec”. Le soutien dans ces moments où l’on perd patience est très précieux. Il nous arrive parfois de faire d’une personne anonyme qui vous vient en aide et qui probablement cette situation ne lui était pas inconnue, notre sauveur. A tel point d’en faire un amis facebook.

En somme et pour vous la faire courte, excepté les pleures à supporter et maîtrisés tant bien que mal, tout s’est bien passé. Disons qu’à 4 mois, manger boire et dormir sont tes objectifs premiers… (quoique je connais bien deux trois adultes qui ont le même train de vie).

 

Les choses sérieuses

J’aurai également pu vous énumérer le détail de mon voyage de 11 heures en direction de San Francisco avec mes deux monstres dont le dernier de âgé de 1 an nous avait mis la misère pendant 9 heures (sans interruption) à coup de crises d’hystéries et de pleures qui se faisaient entendre jusqu’au Japon. Tétines, biberons, biscuits, jouets, comptines, promenade, tout y est passé… en vain. C’est à ce moment là que le doux sentiment d’infanticide vous passe par la tête. Le pire dans tout ça est qu’une fois arrivé à San Francisco, après avoir passé une courte nuit, je me suis retrouvé dans un parc vide à 6h30 du matin avec mes deux monstres regardant tous les trois tels des zombis immobiles, le soleil orange pointer son nez sur la sur la ville. Les journées qui suivirent furent très longues #JetLag.

 

L’expérience prouve que...

Comme le dit si bien notre très cher humoriste Thomas Ngijol imitant son père lui délivrant l’une de ces citations phares “l’expérience prouve que…” tout simplement on apprend avec le temps. A présent, lorsque nous voyageons, notre mental est à la guerre. La veille nous nous efforçons de dormir tôt et de ne plus partir après une journée de travail. Nous avons troqué les tenues chics et hipsters pour les joggings baskets. Un peu comme les familles de touristes allemands qui viennent visiter Paris en shorts, longues chaussettes, grosses baskets, mi-sport mi-montagne. Ceci dit nous restons continuellement en alerte avec toujours autant de bagages certes! mais munis de nouveaux accessoires tels que les cahiers de gommettes, crayons de couleurs, doudous, jouets et tablettes quand on oublie pas les écouteurs, le double jack ou encore de la charger la veille. Pire de mettre des dessins animés.

Avec tout ceci, nous sommes parés pour les longs voyages même les plus périlleux. Cependant soyons franc! peut-on aller à l’encontre de la puissance de la voiture famille ? pour ma part NON. Mon objectif en tant que père est de tenter de rester focus le plus longtemps possible après le départ (dixit la photo). Une fois la fatigue des parents se faisant ressentir, fin de nous, on lâche les fauves sous le  regards stupéfaits des usagers et le wagon prend la tangente sous des airs de boum pour minus un jour de mercredi “Et puis merde” après tout c’est écrit voiture famille. On ne peut pas tout mettre sur le dos des enfants qui sont cantonnés à rester sur un siège de longues heures sans faire de bruits. Eux qui en temps normal, jouent bruyamment, courent partout et pleurent quand ils veulent. Par contre on leur reprochera le faite d’être égoïste à savoir de ne dormir qu’une heure avant l’arrivée après nous avoir fait tourner en bourrique. Quelle bande d’ingrat.

 

Rodrigue LINO                                                                                                                                                                      INSTAGRAM                                                                                                                                                                           FACEBOOK

 

 

 

ETRE ARTISTE ET PARENT A PLEIN TEMPS

ETRE ARTISTE ET PARENT A PLEIN TEMPS

Etre artiste et parent à plein temps.

Issu d’une famille nombreuse avec 7 frères et sœurs, plus jeune je me suis toujours dit que « Je reproduirai l’exploit de mes parents » enfin jusqu’au jour où la réalité a rattrapé mes pensées.

A bientôt 37 ans j’ai opté pour une « fin de carrière » avec trois petits oursons… Des garçons âgés de 6, 3 et 1 an. « Et la fille dans tout ça? » Dans une autre vie.

Mais comment on faisait avant ?

Aujourd’hui, il n’y a pas un jour où je ne me pose pas cette question : « Mais comment on faisait avant ? » (en référence au titre de la chanson de l’artiste 20Syl) et surtout comment faisaient mes parents. Beaucoup de mon entourage s’interrogent à mon sujet sur la manière dont je gère ma vie artistique et ma vie de famille. On me voit toujours souriant et tiré à 4 épingles dans les événements, réalisant des montagnes de projets à la semaine, au mois et à l’année. De la danse à la chorégraphie. De la réalisation au montage et à toutes sortes de créations visuelles. De la vie associative, administrative, au maître de cérémonie aux 4 coins de la France. Voici les quelques titres qui définissent mon train de vie de saltimbanque. Les réseaux sociaux embellissent et donnent du charme aux vies sociales, c’est le jeu mais sorti du contexte ça devient tout de suite moins drôle. Me concernant cela fait 6 ans que j’ai arrêté de croire aux solutions anti-cernes, quelle bande de menteurs.

Le chiffre 7 me hante.

Six ans que le chiffre 7 me hante, rien à voir avec les fameux 7 ans de mariage ou les 7 péchés capitaux c’est juste l’heure à laquelle mes gentils oursons se lèvent, la semaine comme les weekends et jours fériés inclus. Même en faisant la bringue entre frères la veille. A croire qu’ils ont une horloge interne. Parfois les matins d’été, si par inadvertance j’oubliais de fermer les volets, ils se lèvent avant les oiseaux. Six années que j’ai les yeux rouges comme mes cousins du bled à cause du manque de sommeil, d’insomnie et de nuits très courtes et piquantes. Du coup j’ai fini par m’habituer à la nouvelle tête qui m’était destinée avec cette moustache pointue « comme mon Daron » qui fait désormais partie intégrante de mon visage à vie.

Il me faut un espace de travail propre.

Etant indépendant et maniaque sur les bords je travaille de chez moi. Pour être efficace et productif il me faut un espace de travail très propre et un appartement rangé presque au millimètre. Bon… pour l’espace de travail très propre, on oublie. C’est doudous, tétines, biberons, voiture, Legos, jouets, feutres, gobelets en plastique et dessins de Spiderman (quand ils lui ressemblent…) qui règnent en maître sur mon bureau.

Le comique de répétition.

A l’époque lorsque ma mère voulait m’appeler elle revisitait tous les prénoms de mes frères et sœurs avant de tomber sur le mien, normal nous étions 7. Moi, rien qu’avec trois c’est la guerre. L’une des choses les plus fatigantes, c’est le comique de répétition. Répéter 4 fois la même phrases sous des intonations différentes allant de doux à hystérique, épuise. Telle cette phrase connue de tous « Les enfants rangez votre chambre » qui au bout de la quatrième se transforme en menace avec un monologue d’une dizaine de phrases.

Mort c’est presque ça.

Bien évidemment tu finis également par déserter toutes sortes de soirées salsa parisiennes ou quand tu daignes sortir cela relève de l’exploit « Ben dis-donc, t’étais mort ? Ça faisait longtemps qu’on t’avait pas vu ? ». Mort ! c’est presque ça. En règle générale moi qui clôturais les soirées avec la dame de ménage et les premiers camions poubelles parisiens, maintenant au bout de 4/5 danses mon corps prend dix ans d’âge, j’ai envie de dormir sur place. On a tendance à penser que les seuls moments de répits sont les nuits d’hôtels lors des déplacements danses et autre en tout genre mais détrompez-vous le chiffre 7 me hante à vie. Tu finis tout de même par te lever tôt avec une étrange sensation… de solitude mélangé avec la culpabilité d’avoir laissé ta moitié aux mains des trois petits dragons.

En mode Uber familial. 

Pour moi, la compatibilité d’allier carrière professionnelle et vie de famille est totalement possible mais passe par des sacrifices, enfin un truc qui s’appelle comment ça. Souvent je me dis : si je n’avais pas tous ces petits monstres à déposer tous les matins dans trois lieux différents : crèche, maternelle et primaire en mode Uber familial. Si je n’avais pas à optimiser le plus possible ma journée avant qu’ils ne rentrent. Faire leurs bains et à manger tous les soirs. Faire une machine à laver tous les 2 jours, plier ranger leurs affaires. Faire les courses, nettoyer la maison après leur passage. Les consoler à chaque perte de tête de Lego. Les stopper à chaque fois qu’ils jouent en tournant autour de vous tel le système solaire à vous en donner le tournis et j’en passe. Je pense que j’aurai eu plus de temps pour ma carrière et pu abattre le triple de travail pour que Hollywood daigne enfin m’appeler. D’ailleurs ils ont dû le faire mais je devais surement être au parc des Buttes Chaumont à jouer aux petites voitures avec mes monstres.

L’équilibre de ma vie de saltimbanque.

Mais au final à quoi bon se tuer à la tâche et se faire les cheveux blancs avant l’heure. Ce sont ces petites choses de la vie quotidienne qui maintiennent l’équilibre de ma vie de saltimbanque, qui me ramène à la réalité quand la folie des grandeurs me dépassent et qui font mon complet bonheur.

 

Rodrigue LINO
INSTAGRAM
FACEBOOK